Finance islamique Riba

En islam, il est normal et légitime de fructifier le bien qu’Allah nous a accordé et gratifié. Toutefois s’enrichir à des fins uniquement personnelles n’est pas compatible avec les principes de la finance islamique. L’épargnant doit avoir un rôle d’investisseur social et actif quant à la destination de son placement s’il veut profiter d’une rémunération Halal et éviter ainsi de recevoir des intérêts usuraires, issus d’une épargne au comportement passif.

En plaçant votre argent sur le contrat Salam, c’est la garantie d’investir de façon Halal :

– Vous ne pratiquez pas le RIBA : L’épargnant se comporte comme un investisseur et non un usurier attendant un intérêt garanti sur un placement. En Islam on ne peut s’enrichir que lorsque l’on travaille ou l’on prend des risques. C’est pourquoi le musulman accepte la mutualisation des pertes et le partage équitable des gains dans le cadre de son placement. Ce qui lui assure un rendement à venir Halal.
– Vous ne pratiquez pas de « Gharar » ou « Maysir » : En islam, les opérations dites de spéculation sont totalement interdites. C’est pourquoi à travers le contrat d’investissement Salam votre argent ne participera pas aux activités de spéculation courantes qui sont la base même de la finance conventionnelle ayant fait tant de dégâts dans le monde ces dernières années.
– Vous n’investissez pas votre argent dans des secteurs “Haram” comme l’alcool, le porc, la pornographie, l’armement…
– Vous investissez votre argent dans des secteurs à rendement social positif : En islam il n’y a pas de gains basés sur les pertes d’autrui. L’investisseur a un rôle social majeur et une responsabilité sur les conséquences de son investissement.
– Vous investissez sur des actifs tangibles et identifiables : Votre argent est investi dans l’économie réelle (création et/ou développement d’entreprises réelles) avec la bonne intention de contribuer au bien-être et au développement économique.

Le contrat prévoit les frais suivants :

Frais à l’entrée et sur versement :
– 4,95 % maximum sur chaque versement.
Frais en cours de vie du contrat :
– sur fonds Euros : aucun frais;
– sur supports en Unités de Compte : 1,10% de l’épargne, sur base annuelle.
Frais de sortie :
néant.
Autres frais :
– Frais d’arbitrage :
un arbitrage gratuit par année civile ; arbitrage suivant : 0,20% de l’épargne transférée, majorés d’un montant forfaitaire de 30 euros ;
– Frais sur encours après décès :
les frais mentionnés à la rubrique “Frais en cours de vie du contrat” continuent d’être prélevés après le décès de l’assuré jusqu’au règlement total de la prestation.

Frais contrat épargne halal