Pret-Musulman

Prêt Musulman : Qu’est-ce qu’un prêt musulman et en quoi consiste t-il ?

I – Introduction

L’objet de cet article est d’apporter un éclairage sur les considérations des prêts en finance islamique (appelé également prêt Musulman). Comme il a été démontré dans l’article précédent « le rôle de la banque islamique » (référence), la murabaha n’est pas considérée comme un prêt de la banque conventionnelle, c’est un produit de financement. Le prêt en finance islamique se définit comme un prêt d’honneur. Ainsi, le montant remboursé est au prorata du capital emprunté. Les parties ci-dessous apportent une introduction aux prêts et à la dette.

I – Prêts et dettes

Un Dayn (dette) existe à la suite de tout contrat ou transaction de crédit. Duyun (dettes) devraient être restituées sans aucun profit puisqu’elles sont avancées pour aider les nécessiteux et répondre à leurs exigences et que, par conséquent, le prêteur ne devrait pas imposer à l’emprunteur plus que ce qu’il avait donné à crédit.

Les prêts dans la banque islamique peuvent être classés en deux catégories : Salaf et Qard, le premier étant prêté à temps fixe et le second payable sur demande.

Le Qard se définit comme un prêt sans intérêt pour les emprunteurs nécessiteux prolongé sur une base de bonne volonté ; en particulier, Qard al hasan fournit des fonds à des fins humanitaires et de bien-être sans que le prêteur en tire un profit. Le Qard ne doit apporter aucun retour au prêteur car cela équivaudrait à prendre Riba (intérêts). Cependant, un emprunteur peut payer plus que le montant emprunté, mais il ne doit pas être stipulé dans le contrat. De plus, la date de paiement du prêt peut ou non être incluse dans le contrat de Qard car le prêteur peut exiger un remboursement à tout moment. Et le prêt ne doit être subordonné à aucun autre contrat.

Le Salaf est utilisé pour un emprunt à durée déterminée avec un horizon temporel court, moyen ou long. Le Salaf est un contrat dans lequel le prix de la marchandise est payé d’avance pendant que la marchandise ou la contre-valeur est fournie à l’avenir. Le contrat crée donc une responsabilité pour le vendeur : une dette. Le montant donné en tant que Salaf ne peut être exigé avant sa date d’échéance contrairement à Qard.

II – Responsabilités des débiteurs et des créanciers

Le devoir le plus important du débiteur est de rembourser le prêt en exécution du contrat conclu avec le créancier. Et le principal devoir du créancier n’est pas de prélever des intérêts sur le principal du prêt. Un emprunteur, lorsqu’il accepte des prêts, doit être fermement déterminé à rembourser. Le débiteur doit payer la dette à temps. Et si le débiteur refuse de payer alors qu’il en a les moyens, il serait l’auteur de l’injustice qui s’expose à de possibles sanctions.

Il est interdit pour une personne de retarder le paiement de sa cotisation sans cause valable. Il pourrait être réprimandé, si besoin, et être disposé de ses biens pour payer la dette.

De plus, dans toutes les transactions de crédit, l’islam recommande les témoins et la documentation. Cela fournit des garanties contre les litiges et permet les transactions de crédit pour une période déterminée. Comme les banques islamiques ne peuvent ni payer d’intérêts ni imputer de rendement sur les prêts, elles ont le droit de demander des garanties pour assurer le recouvrement du montant du prêt.

Le client ne peut pas refuser de rembourser le prêt ou la dette au cas où il aurait subi une perte dans les affaires réalisées avec le prêt de la banque islamique. En outre, laShari’a met beaucoup l’accent sur le remboursement des prêts / dettes et l’emprunteur a également l’obligation morale de rembourser un prêt.

Ainsi, les banques islamiques peuvent inclure, avec le consentement mutuel des clients, une clause de pénalité dans le contrat de crédit pour atténuer le risque de défaut, mais la pénalité facturée pour tout défaut doit être versée à une œuvre de bienfaisance.

En définitive, ce serait une erreur de considérer les produits de financement en murabaha comme des prêts conventionnels car leurs structures correspondent à des contrats de vente. Les prêts islamiques (ou prêt Musulman) ont pour objet de soutenir l’émancipation des individus et non de les renforcer dans leurs conditions, et cela, à la lumière des capacités des co-contractants.

Partager cette publication