contact@sunnakapital.com
03 20 49 29 69

L’essor de la finance islamique

Banque islamique

La crise financière de 2007 et la légitime remise en cause du fonctionnement du système financier conventionnel a permis de mettre en lumière le système financier islamique et son mode de fonctionnement très différent.

Il y a 40 ans, la finance islamique était encore inconnue du secteur financier international. Depuis les trois dernières décennies, elle s’est peu à peu développée et a connu une forte croissance, si bien qu’elle joue aujourd’hui, un rôle dynamique et prometteur au sein de la finance mondiale.

Conformes aux préceptes de la Charia, les premières banques interdisant la perception d’intérêts, apparurent dans les années 1950, de concert avec l’implantation des caisses rurales à Mit Ghamr et des caisses solidaires des pèlerins en Malaisie.

L’émergence des pétrodollars, au début des années 1970, conséquence de la guerre de Kippour,  a favorisé la création de la Banque Islamique de Développement (BID), à Djeddah en 1975. Un acte fondateur considéré comme le point de départ de ce système bancaire islamique.

Vers la fin du 20ème siècle, la collecte progressive des épargnes dans les pays exportateurs de pétrole a coïncidé avec l’accélération de l’essor de la finance islamique. Ainsi, alors qu’en 1975, une seule banque islamique existait, plus de 400 guichets islamiques sont aujourd’hui disponibles, aussi bien dans les banques nationales qu’internationales. La finance islamique séduit, en effet, pas à pas, le reste du monde. L’un de ses objectifs actuel est de contribuer au développement de grands projets d’investissements immobiliers et de vastes projets d’infrastructures.

L’un des impacts majeurs de la finance islamique a été l’accès progressif au secteur bancaire de la population musulmane qui était la moins bancarisée du monde en raison de la non-conformité du système bancaire traditionnel avec les préceptes de la religion islamique. Une bancarisation qui continue à s’accélérer actuellement en Asie et en Europe.

Selon les analystes, la crise financière de 2007 aurait été moins forte dans un régime de finance islamique dont le fondement est basé sur la finance participative via des contrats commerciaux bien spécifiques tels que la Moudharaba, un partenariat d’investissement, la Moucharaka, un contrat d’association et la Mourabaha, un financement pour l’acquisition de biens immobiliers.

Ainsi, la finance islamique acquiert peu à peu une image rassurante, celle d’une finance juste et transparente, privilégiant l’épargne vertueuse.

Le meilleur de la finance islamique dans votre boîte mail !

Recevez en avant-première toutes les solutions pour éviter le RIBA

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez de recevoir nos articles par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant à l’adresse contact@sunnakapital.com.

Le meilleur de la finance islamique dans votre boîte mail !

Recevez en avant-première toutes les solutions pour éviter le RIBA

Vous vous êtes enregistré avec succès!

Compte tenu de l'affluence de la demande actuelle, nos délais traitement se trouvent rallongés. Toutes nos équipes s'efforcent de traiter les dossiers en cours aussi vite que possible afin de réduire l'attente et revenir ainsi à une situation normale. Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

You have Successfully Subscribed!