contact@sunnakapital.com
03 20 49 29 69

Comment les Banques Conventionnelles vous rendent esclaves par le RIBA ?

Depuis des siècles, les banques sont à la source de la création monétaire. En suivant la trace de cette création d’argent, on arrive à une conclusion tout de même surprenante qui mérite que l’on s’y attarde…

Avant tout, on observe que les peuples mettent en place des gouvernements destinés à les contrôler. Des gouvernements eux-même contrôlés par une “corporatocratie” d’entreprises multinationales qui profite de prêts octroyés par de grandes banques afin de pouvoir prendre possession des ressources mondiales (énergie, agro-alimentaire…) et contrôler les marchés. Le constat est donc simple : les élites qui dirigent les grosses banques contrôlent aussi ces multinationales !

Toutefois le plus grave reste à suivre… En effet, la base de toute création monétaire des banques conventionnelles repose sur une facilité et un principe surréaliste : le “Prêt par Réserve Fractionnaire”. C’est une manoeuvre par laquelle les banques sont autorisées à créer de la monnaie par la dette sans qu’elles aient besoin de posséder cet argent au préalable.

La banque crée donc de l’argent par une simple inscription sur votre compte qui sera détruit au fur et à mesure du remboursement de ce crédit à l’exception des intérêts restants : le gain final pour la banque.

Par conséquent vous paierez des intérêts (RIBA) sur de l’argent qui n’a jamais existé, n’existe pas et n’existera jamais ! Le principe du prêt de “Réserve Fractionnaire” permet aux banques de créer en moyenne jusqu’à neuf fois l’argent dont elles disposent. Cette facilité avec laquelle les banques créent de la dette à partir de rien a pour conséquence une pression sur le peuple qui le pousse à travailler dur, non seulement pour rembourser sa dette, mais aussi pour trouver ou créer l’argent nécessaire au remboursement des intérêts.

C’est en quelque sorte la forme de servitude la plus organisée et la mieux déguisée que l’humanité n’ait jamais connue. Cette organisation dispose d’une telle force qu’elle parvient à rendre le pouvoir des pays riches en ressources naturelles totalement insignifiant au regard du reste du monde. On notera bien là une des conséquences directes de la dé-corrélation entre la finance conventionnelle et l’économie réelle.

C’est à ce titre que la Finance Islamique intervient avec une ambition certaine de neutraliser l’aléa moral et de rendre la finance plus éthique et plus juste sans RIBA. Elle s’interdit le genre de manœuvres précitées et s’inscrit comme une véritable alternative à ce système paradoxalement destructeur de valeur.

C’est une finance plus stable et plus juste dans le sens où elle repose sur des actifs tangibles sans les travers de la finance conventionnelle. Son volume représente à ce jour plus de 2.000 milliards d’euros avec chaque année une croissance à 2 chiffres dans plus de 80 pays. Elle bannit le prêt usuraire au profit de la marge commerciale –Murabaha– basée sur une activité réelle avec prise de risque.

En France elle existe depuis près de 8 ans et elle se développe à une vitesse grandissante via des produits d’Épargne Halal (GoldDinar, Salam Épargne…) et de Prêts immobiliers Halal.

Afin de se défaire progressivement des chaînes de la finance conventionnelle, une véritable finance, plus juste, se dessine dans le paysage français. C’est dans ce contexte que Sunnakapital est devenu un acteur incontournable dans le domaine de la Finance Islamique et des produits financiers sans Riba.